Un nouvel anticorps pour la SEP

 

Les chercheurs de l'Inserm ont mis au point un nouvel anticorps capable de réduire la progression de la sclérose en plaques. Une importante découverte pour cette maladie auto-immune neurologique qui ne connaît à l'heure actuelle aucun traitement pour empêcher sa progression. Lorsque l'on est atteint d'une maladie auto-immune, les cellules de notre système immunitaire attaquent l'organisme au lieu de le protéger des agressions extérieures.


En cas de sclérose en plaques (SEP), les lymphocytes affectent le système nerveux central, par la détérioration de la gaine de myéline qui entoure et protège les prolongements des neurones (axones). Les lésions provoquées conduisent selon l'Inserm, à des « perturbations motrices, sensitives et cognitives pouvant aller jusqu'à un handicap irréversible ».


Si les traitements existants freinent les symptômes et améliorent la qualité de vie des patients, aucun n'était capable, jusqu'à présent, de bloquer la progression de la maladie.


Le professeur Denis Vivien et son équipe de chercheurs de l'Inserm ont trouvé le moyen, via un anticorps, de bloquer - sur des souris - le passage des lymphocytes vers le système nerveux ou la moelle osseuse, réduisant ainsi la détérioration de la gaine de myéline.


D'après les chercheurs, « après une injection intraveineuse du Glunomab, la progression des troubles moteurs (paralysie partielle ou totale des membres), évaluée par un score clinique, est bloquée. Chez ces souris traitées, cet effet est associé à une diminution de l'infiltration des lymphocytes dans le tissu nerveux, et à une démyélinisation réduite ».


Dans la majorité des cas, la sclérose en plaques se manifeste vers 30 ans par des poussées qui ont tendance à disparaître puis réapparaître quelques semaines plus tard. 80 000 personnes en France sont aujourd'hui concernées, avec 2 000 nouveaux cas chaque année.


L'avenir est pour demain

 

 

 



Réagir


CAPTCHA